R
e
s
p
e
c
t
d
e
l
a
N
a
t
u
r
e

Biodiversité

R
e
s
t
a
u
r
a
t
i
o
n
d
e
l
a
B
i
o
d
i
v
e
r
s
i
t
é

Par principe sur une monoculture, la diversité est limitée. Ainsi, le Château de Viviers essaye de restaurer la biodiversité sur ses parcelles.
Sélection massale et différents porte-greffes et différents pépiniéristes.
Forêt.
Lièvres, chevreuils, oiseaux, sangliers.
Travail du sol limité.
Arbres.
Poules.

Dès la reprise des parcelles par le Château de Viviers, l’exploitation de celles-ci a toujours été accompagnée d’une ferme intention de mettre en place les pratiques les plus agro-écologiques possible. La conversion en Agriculture Biologique a débuté en janvier 2020 et elle a été aussitôt complétée de pratiques biodynamiques.

Pour protéger la vigne et l’aider dans son développement, les préparations biodynamiques (500P et 501) sont pulvérisées manuellement au début de la saison et durant l’automne. Ces pulvérisations sont complétées d’apports d’extraits végétaux (extraits fermentés d’ortie et de consoude, décoction de Prêle des champs). Ces pratiques nous permettent de réduire au mieux l’utilisation de produits phytosanitaires (uniquement du cuivre et du soufre) tout en assurant une production qualitative. Les doses sont ainsi raisonnées en fonction de la pression des maladies. Pour en réduire davantage les doses, nous utilisons, en complément du cuivre et du soufre, des produits de bio-contrôle qui utilisent les mécanismes et interactions naturels.

La biodiversité est respectée et préservée au mieux. Ainsi, des couverts végétaux (mélange de plusieurs espèces) sont mis en place entre les rangs de vigne, ainsi que des haies le long des parcelles. Des nichoirs sont également installés pour y accueillir les oiseaux.

La vigne étant une liane, sa végétation se développe chaque année ; la taille est donc l’un des travaux les plus importants dans la conduite du vignoble. Au Château de Viviers, la taille se fait en moyenne à 6-7 yeux par sarments de manière à maîtriser la vigueur de la vigne. Elle est réalisée le plus tardivement possible. De cette manière, l’équipe retarde le débourrement de la vigne au printemps pour lutter contre les gelées printanières.

Depuis la saison 2019-2020, les pieds de vigne sont progressivement taillés en Guyot-Poussard, taille de plus en plus utilisée pour son respect des flux de sève. En effet, la taille génère des plaies et, en se desséchant, celles-ci vont favoriser la formation de cônes de dessèchement à l’intérieur du cep et donc limiter le passage de la sève.

Agro-écologie

P
r
a
t
i
q
u
e
s
a
g
r
o

é
c
o
l
o
g
i
q
u
e
s



E
n
h
e
r
b
e
m
e
n
t

c
o
u
v
e
r
t
v
é
g
é
t
a
l

Un couvert végétal correspond à toute plante spontanée ou semée dans une parcelle autre que les plants de vigne. L’utilisation de couverts végétaux se développe de plus en plus en viticulture de manière à améliorer la structure du sol (diminution de l’érosion et du ruissellement), de maîtriser les adventices, de favoriser la biodiversité (stimulation de la vie microbienne, plantes mellifères…). Les modalités d’enherbement observés dans les vignobles sont diverses.

Au Château de Viviers, toute parcelle en production est enherbée pour freiner l’érosion de nos côteaux, pour préserver la biodiversité de nos parcelles et pour lutter contre la sécheresse (espèces formant un paillage en été et protégeant la fraîcheur des sols).

Ainsi, le choix des espèces semées entre les rangs de vigne est un critère important. Nous mettons en place des enherbements peu concurrentiels avec la vigne, formant un couvert ras auprès du sol et pouvant se ressemer d’une année sur l’autre.

“Je passe de l’eau au vin, en quête
d’excellence, pour créer un Domaine de vin blanc en Chardonnay
d’excellence, en conversion bio et biodynamie.”

Arnould Lefébure – Propriétaire et viticulteur

Agroforesterie

Q
u

e
s
t

c
e
q
u
e
l

a
g
r
o
f
o
r
e
s
t
e
r
i
e
?

L’ICRAF (International Council for Research in Agroforestry) définit l’agroforesterie, tropicale et tempérée de la manière suivante : « Système dynamique de gestion des ressources naturelles reposant sur des fondements écologiques, qui intègre des arbres dans les exploitations agricoles et la paysage rural et permet ainsi de diversifier et maintenir la production afin d’améliorer les conditions sociales, économiques et environnementales de l’ensemble des utilisateurs de la terre. »

Sur le plan pratique, l’agroforesterie désigne les pratiques associant des arbres avec des cultures et/ou des animaux sur une même parcelle agricole et s’inspire donc du modèle de la forêt. Les systèmes agroforestiers sont nombreux et variés sur le plan des éléments arborés (haies, pré-bois, pré-vergers…) et sur le plan des productions agricoles (grandes cultures, vigne, élevage bovin, aviculture…). En ce qui concerne ce dossier, nous allons nous intéresser à la combinaison d’arbres et de productions végétales (en particulier la vigne) sur une même parcelle.

Le principe de l’agroforesterie est de reproduire la nature, d’assurer la complémentarité des cultures pour optimiser l’utilisation des ressources aussi bien aériennes que racinaires. Ainsi, les deux cultures seraient complémentaires et non concurrentes.

Les principaux avantages observés en agroforesterie sont les suivants :

  • Diminution de l’érosion
  • Production de bois et de fruits en optimisant l’espace
  • Augmentation de la biodiversité et des auxiliaires
  • Amélioration de la fertilité biologique, de la fertilité chimique et de la structure des sols
  • Séquestration du carbone
  • Maîtrise du microclimat
  • Protection du vent
  • Plus-value paysagère, notamment en viticulture

L’agroforesterie actuelle s’inscrit ainsi dans l’optique d’un changement des pratiques agricoles (diminuer le travail du sol, limiter l’utilisation des intrants…). Néanmoins, il est essentiel d’étudier le côté pratique du projet pour profiter au mieux de ces avantages et de contrôler les inconvénients : concurrence entre la culture et les arbres, microclimat non adapté à la culture, parcelle plus difficilement mécanisable, etc.

Place à la Nature

L
a
p
a
r
t
b
e
l
l
e
à
l
a
n
a
t
u
r
e
!

Au Château de Viviers, le abeilles polinisent et nous fabriquent du bon miel, les oiseaux se baladent librement dans les vignes, les fleurs y poussent naturellement, … c’est ça aussi la nature !












Eco-tourisme

C
h
a
b
l
i
s

clocher de l'église de Viviers vue des vignes

Clocher du village

Le village de Chablis, à quelques  kilomètres, a donné son nom à l’un des meilleurs vins blancs de France. Le vin du Château de Viviers a obtenu plusieurs médailles d’or et d’argent au concours agricole de Paris. De nombreux vignobles et chaix peuvent être visités dans la région.

Autour, de charmants villages comme Tonnerre (8 km) avec son vieil hôpital du XIIème de Marguerite de Bourgogne et la mystérieuse Fosse Dionne ou Noyers, plus beau village de France où fut tourné une partie du film « La grande vadrouille », ou encore le Château de Tanlay (20km) et son golf et celui d’Ancy le Franc (20km) sont à ne pas manquer.

experiences

Devenez

“Good Friend of Viviers”

Le parrainage d’une vigne : c’est soutenir un monument historique, la biodiversité, la nature et la quête d’excellence d’Arnould et Isabelle

A ce jour 421 plants ont déjà été parrainés, pourquoi pas vous ?


Parrainez une ou des vignes


Nos vins


Notre histoire
XIIème siècle


Les créations d’Isabelle